Archives par mot-clé : Protohistoire

Cahors médiéval

Excursion du dimanche 17 novembre 2019

Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer les origines de Cahors, avec Divona, capitale de la cité des Cadurques fondée par les Romains Courget DDPAM copie 2dans cette presqu’île du Lot où se trouve toujours le cœur de l’agglomération cadurcienne.
Lors de cette sortie, nous suivrons Laure Courget, directrice du service du patrimoine de la ville, dans les rues de la ville médiévale que l’on repère très bien sur la photo en tête d’article, et qui a conservé un nombre exceptionnel de maisons de cette époque, sans oublier l’ensemble cathédral.

Cahors Lot

Cette visite ne se « limitera » pas à l’aspect patrimonial et d’archéologie du bâti. Elle sera aussi l’occasion de comprendre comment le classement « Site Patrimonial Remarquable » de la ville ancienne et la mise en place d’un Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur est l’outil principal d’une politique de revitalisation du centre ancien afin d’en faire le quartier central de l’agglomération du XXIe siècle.

Cahors ruelle

Nous commencerons la journée au Pont Valentré.
Le matin sera consacré à la ville médiévale et l’après-midi à l’ensemble cathédral qui célèbre cette année, les 900 ans de la construction de la cathédrale. Cahors ensemble cathédral  infos & inscription
déjeuner au restaurant La Chartreuse
à payer sur place : 20 €
(Entrée, plat, dessert & café)

 

 

 

Voyage en Corse du Sud

du 7 au 12 octobre 2019

lundi 7 octobre

La punta de Campumoru : visite de la tour génoise et de son exposition sur l’histoire des tours génoises et des incursions barbaresques. Ensuite, petite balade sur le sentier littoral autour du promontoire.Campumoruinstallation à 

mardi 8
le site de Basi (Serra-di-Ferro) en cours de fouilles.

Basi2018Thomas PerrinThomas Perrin qui en a repris l’étude, nous présentera ce site, le plus vieux  de  Corse. Son intérêt est majeur  pour la connaissance du peuplement de l’île comme de celle de la néolithisation de la Méditerranée occidentale.
Sa situation est aussi exceptionnelle comme en atteste la photo en tête d’article.

Filitosa, célèbre surtout pour ses statues-menhirs, est un haut lieu de la préhistoire corse  et a été occupé durant tout le Néolithique et la Protohistoire.

Joseph CesariIl est constitué entre autres, de plusieurs complexes monumentaux ainsi que d’une enceinte cyclopéenne. Le matériel issu des fouilles est présenté dans le musée de site inauguré en 2016. C’est Joseph Cesari, conservateur général honoraire du patrimoine qui nous  fera découvrir dans tous ses aspects.
Sur la route du retour, il nous mènera  au casteddu di Cuntorba, site fortifié de l’Âge du Bronze.

Dîner en compagnie de Laurent Sévègnes, conservateur régional de l’archéologie de Corse qui nous présentera ensuite l’actualité archéologique de l’Île de Beauté.

mercredi 9
Laurence Pinetjournée à Sartène en compagnie de Laurence Pinet, conservatrice du
qu’elle  nous fera visiter le matin.

I Stantari
alignements d’I Stantari

Elle nous accompagnera l’après-midi sur les sites mégalithiques du Pianu de Cauria .
dolmen de  Fontanaccia
— alignements de Renaghju et d’I Stantari

Nous prendrons aussi un moment dans la journée, pour flâner à la découverte de Sartène, la plus corse des villes corses.sartene

Janine de Lanfranchijeudi 10
Cap sur l’Alta Rocca pour la visite en compagnie de sa conservatrice, Janine de Lanfranchi, du musée de l’Alta Rocca à Lévie , dont les collections exposées illustrent l’histoire et la vie quotidienne des populations de l’Alta Rocca depuis le VIIIe millénaire avant notre ère jusqu’au Moyen Âge.
musée alta rocca

Chantal de PerettiGrande balade ensuite, au cœur d’une splendide forêt méditerranéenne à la découverte des sites du Pianu de Levie  avec Chantal de Peretti

Cucuruzzu est un casteddu [village fortifié] de l’Age du Bronze.
Cucuruzzu

Le casteddu de Capula lui, est médiéval, siège de la seigneurerie des Biancolacci.   Capula

vendredi 11
la villa romaine de  Piantarella

Piantarellaest en activité du Ir au IIIe siècle après. J.-C. et interprétée comme une villa maritime, depuis les récentes fouilles dirigées par Gaël Brkojewitsch qui nous présentera ce site antique de premier ordre. Vu son implantation de plus de 3 000 m2 à l’extrème sud de l’île, ce domaine devait avoir une importance dans le contrôle des Bouches de Bonifacio, dans l’exploitation des carrières de granit et dans la commercialisation de ce materiau fort apprécié dans l’Empire romain. Nous aurons la chance inespérée de la visiter pendant la campagne annuelle de fouilles.

Bonifacio, la cité des falaises
déjeuner & flânerie dans la  haute ville
promenade en mer à la découverte des falaises, grottes marines et calanques

Bonifacio

samedi 12
retour

Nous avons été agréablement accueillis par
l’hôtel ARCU di SOLE (Propriano—Olmetto)
le restaurant U Scontru (Serra-di-Ferro)
la brasserie Piazza Porta (Sartène)
le restaurant A funtanedda livia (Levie)
le Café de la Poste (Bonifacio)

Voyagiste
artabal

L’oppidum d’Ensérune

Excursion du dimanche 15 septembre 2019

Dominant la plaine languedocienne, cet oppidum est un des plus célèbres  du Midi de la France, connu depuis le milieu du XIXe siècle. Les fouilles menées jusque dans les années soixante, ont permis de mettre à jour, sur le sommet de la colline, une vaste agglomération aux ruines bien conservées et un très riche matériel archéologique présenté dans le musée du site.Ensérune CMM

Ce qui est frappant ici, c’est, comme l’écrit Philippe Boissinot qui a repris depuis 2017, l’étude de ce site majeur avec les techniques et les problématiques de notre XXIe siècle,
la coexistence de constructions et d’objets qui se réfèrent à différentes civilisations, àla fois dans le temps et dans l’espace. On y voit en effet des vestiges qui relèvent des mondes grec, celte, ibère et romain. Enserune constitue un de ces melting- pots qui traduit, non pas l’univers froid des identités culturelles repliées sur elles-mêmes, mais celui d’espaces et de populations connectés dans ce monde dejà globalisé de la Méditerranée antique. Cela se traduit, non seulement par un arrivage de produits très variés, mais aussi par un syncrétisme culturel, donc des innovations qui soulignent le dynamisme de cette région et de cette agglomération en particulier – une « leçon » pour nous aujourd’hui.

Philippe Boissinot nous a accueilli sur son chantier de fouilles, sur les pentes de l’oppidum où ses campagnes de prospection ont permis de démontrer que ce site s’étendait tout autour du promontoire et formait une agglomération qui a fluctué avec le temps jusqu’à occuper plus de 30 hectares.Ensérune3Intéressante visite du site « classique » et le musée de l’oppidum, dernière occasion de le voir dans son état actuel, avant sa fermeture pour le grand chantier de réaménagement qu’il va connaître.
Outre l’exceptionnelle richesse archéologique, ce site est également remarquable par son panorama  : les Cévennes au nord, les Pyrénées au sud et la plaine languedocienne qui s’étale à l’est jusqu’au littoral méditerranéen.
C’est aussi le meilleur point d’observation de l’étang de Montady dont le réseau principal de drainage a été réalisé au XIIIe siècle assainissant et rendant cultivables 425 hectares de marais.

déjeuner au restaurant le O'33
à Nissan-lès-Ensérune
Image à la une : Jochen Jahnke 

 

 

 

 

 

 

Toulouse en Narbonnaise

excursion du dimanche 25 novembre 2018

Cette journée, conçue avec l’équipe du Musée Saint-Raymond, MSR logoque nous remercions chaleureusement, nous a permis une double approche, muséographique et de terrain des origines de Toulouse et de sa région.

Claudine Jacquet nous a présenté la nouvelle scénographie du second étage du musée dédié à Tolosa.

nouvelle scénographie due à Emilie Cazin
nouvelle scénographie due à Emilie Cazin

D’abord agglomération de sites majeurs constituant la capitale préromaine des Tolosates, Tolosa devient une des plus grandes  villes de l’Occident romain et veille sur la romanité à l’extrême Occident de la province de Narbonnaise. Les données de l’archéologie préventive de ces trente dernières années  ont considérablement enrichi nos connaissances tout en posant de nouvelles questions.

Mathieu Scapin nous a conduit dans le quartier d’Ancely-Purpan où deux monuments attestent de l’existence d’une agglomération secondaire ou d’un sanctuaire rural aux portes de Tolosa :

un amphithéâtre aux techniques de construction bien particulières, visite passionnante malgré des conditions météo quelque peu pluvieuses et venteuses

les arènes romaines © MSR
les arènes romaines
© MSR

une piscine de thermes (natatio), conservée dans les caves de la cité d’Ancely et qui a ébahi tous les participants.

la piscine des thermes d'Ancely © J.-F. Peiré
la piscine des thermes d’Ancely
© J.-F. Peiré

 

déjeuner au Patio de la Table Ronde
Image à la Une 
http://gaia.merveille.free.fr/antique/europe/gaulerom.html

Démonstration de métallurgie protohistorique

Démonstration de métallurgie protohistorique, Cugnaux, 2011

Olivier Gaiffe et Christian Servelle, archéologues au service régional de l’archéologie de Midi-Pyrénées, présentent les expérimentations qui ont accompagné l’exposition L’Âge d’or du Bronze à Cugnaux, notamment la taille d’une pirogue en chêne et la fabrication d’une hache en bronze avec les outils et techniques de l’Âge du Bronze.

Périodes : Protohistoire – XXIe siècle
Présentation : Olivier Gaiffe, SRA, DRAC Midi-Pyrénées

ZAC Niel

ZAC Niel, Toulouse, 2010

Cette fouille de grande ampleur s’est déroulée entre 2009 et 2001 sur le site de Saint-Roch dans le sud de la commune de Toulouse. Si l’occupation gauloise du site était déjà connue, cette fouille a permis de mieux connaître l’organisation et l’activité économique de cette agglomération gauloise du IIe et du début du Ier siècle av. J.-C.

Période : Protohistoire
Responsable d’opération : Peter Jud, Archéodunum